Vincent Bonet - Pense•bête

Vincent Bonet - Pense•bête

Regular price
€18.00
Sale price
€18.00
Regular price
Out of Stock
Unit price
per 
Tax included.

Pensebête obéit à un dispositif artistique en deux temps.

Du point de vue de la structure du livre, Pensebête est un imagier composé de 96 pages pour 96 images publiées, soit une photographie par page : la place du blanc dans la page, fondamentale et toujours délibérée, agissant comme une scansion précise dans la consécution des images.
Cependant, l'unité du livre est bien la double page, où deux photographies se confrontent l'une à l'autre selon leur vis-à-vis immédiat, et trouvent sens contextuellement dans ce rapprochement. Ce système de confrontation est rendu d'autant plus évident par la contrainte de création qu'a ici choisie Vincent Bonnet, à savoir de présenter deux fois chaque image, l'une apparaissant sur la page de gauche et l'autre sur la page de droite du livre.
La logique volontairement entêtante de cette combinatoire est de créer progressivement une répétition dans la différence, une répétition et une différance de chaque image, qui corrobore la diversité des types de prises de vue et des motifs photographiés, ainsi dé-hiérarchisés. Du fait de cette dé-hiérarchisation, se dessine une syntaxe de contiguïté des images qui produit un effet de saturation, ou « densification » du sens des photographies elles-mêmes. Ce pourquoi Pensebête de Vincent Bonnet, à s'interroger radicalement sur la forme du livre, rencontre les recherches les plus aiguës de la littérature contemporaine, notamment dans la proximité d'un questionnement ininterrompu sur le problème de l'image, de la répétition et de la littéralité, et sur la dimension réflexive du geste d'écrire. Pour rendre compte de cet enjeu, un texte de Jean-Marie Gleize est publié, en manière de manifeste à la première personne, sur la couverture de Pensebête – l'intérieur du livre étant entièrement dévolu aux images, sans autre commentaire.

Face à l'autorité du livre, le geste artistique de défoliation/dispersion des images – qui utilise la passe récupérée chez l'imprimeur au moment de la fabrication de Pensebête, en recoupant chaque image au format – constitue le deuxième temps du dispositif.
Les pages étant désormais libérées du volume du livre, on a repiqué en typographie sur certaines d'entre elles un « slogan » qui accompagne l'action artistique de Vincent Bonnet. Ces feuilles détachées (fonctionnant désormais en recto-verso et non plus en vis-à-vis) seront redistribuées dans l'espace public selon différents modes opératoires (envoi par courrier, distribution sous forme de tract, mise en tas dans toutes sortes de lieux : bar, galeries, librairies spécialisées, salon du livre et de l'édition, salles d'exposition et autres événements conçus en collaboration avec le FRAC PACA, co-éditeur du livre.

*

Pensebête est un titre emprunté à Marcel Broodthaers. L'artiste belge opère dans cette oeuvre fondatrice un changement radical de statut quant à l'objet de sa création. Les invendus de son recueil de poésie, plâtrés, deviennent sculpture ; par ce geste artistique iconoclaste, Marcel Broodthaers fait son entrée dans le monde de l'art. Pour Vincent Bonnet, il s'agit de faire acte d'écriture à partir d'un fonds d'image ; tout en renversant symétriquement le propos de Broodthaers, l'enjeu reste similaire, à savoir de faire une entrée institutionnelle, à presque quarante ans, dans le monde de l'art, et cela à travers un livre au statut problématique. L'oeuvre-livre de Vincent Bonnet se place donc de toute évidence sous l'égide de Marcel Broodthaers, tout en intériorisant, avec intensité, les problématiques de l'artiste : comment rendre une image efficiente ? comment expérimenter sa valeur d'usage et sa charge affective ?

Publié avec un texte de Jean-Marie Gleize en couverture
20 x 20 cm
96 pages

© Éric Pesty Éditeur